Université Populaire

L’atelier cornemuse devient…

Université Populaire

Construire son héritage pour mieux choisir son futur

Traces de Mémoires des Paysages d’Auvergne et du Massif Central

Un vernaculaire d’avance

Pollinisons nos futurs

Mémoire féconde

Germe de créativité

La grande germée

Les semailles de nos futurs

(Résultat d’une “tempête cérebrale” – titre à définir ultérieurement)


Après 12 ans de fonctionnement et quelques évolutions dans son mode de fonctionnement, force est de constater que le concept de l’Université Populaire de Cornemuses du Centre France, malgré son grand intérêt, sa richesse et sa plus-value intellectuelle, artistique et humaine avait besoin d’un nouveau souffle.

Aussi, suite au constat partagé et sur proposition d’Éric Champion, Didier Champion, Eric Cousteix, Jean-Paul Boucheteil, Fabrice Lenormand et Ivan Karvaix, nous proposons dans la continuité et tout en conservant l’esprit de ces rencontres, un tout nouveau contenu que nous vous invitons à venir expérimenter.

Ce projet s’adresse et souhaite rassembler tous les acteurs de l’association, sans distinction et sans hiérarchie ! A la manière de Prévert, l’énumération des prétendants pourrait être sans fin : les amoureux du patrimoine bâti, les piliers de nos ripailles, ceux qui dansent et ceux qui chantent, ceux qui content et qui racontent, d’autres qui amassent des preuves et certains qui inventent et réenchantent, les transmetteurs et les professeurs, les collecteurs et les collectionneurs, les élèves de l’école de musique et de danse, les musiciens débutants, moyens ou confirmés, les oreilles curieuses, les regards en quête de compréhension, les esprits fouineurs,  les artistes comme les petites mains bénévoles… Tous ceux qui gravitent autour de l’association « Les Brayauds – Centre Départemental des Musiques et Danses Traditionnelles du Puy-de-Dôme » sont concernés tout en continuant d’accueillir largement les amis extérieurs.

Les Brayauds-CDMDT 63 est une association mature, avec de la profondeur, multigénérationnelle, dont un certain nombre de membres ont fait du collectage dans les années 1980-90 et au-delà, dont d’autres ont fait de la transmission, dont quelques-uns en ont fait leur profession mais que tous fréquentent par passion. Nous les connaissons tous, chacun peut les voir sinon chaque jour tout du moins fréquemment… Mais : 

Qui a vraiment eu envie et s’est donné le temps de se plonger dans ces bandes, ces albums, ces vidéos… ?

Qui vient aux conférences données par les uns ou les autres ?

Qui assiste aux stages qui sont proposés ?

Qui lit les communications ou les livres écrits par certains ? …

Dans la lignée de l’atelier de cornemuse et dans l’esprit de l’université populaire, il est proposé d’organiser des rencontres mensuelles d’une demi-journée le samedi matin, qui permettront à chacun de découvrir ou de redécouvrir les collectages musicaux et dansés, de s’inscrire et/ou de confirmer son appartenance à une lignée de musiciens ou de danseurs qui ont marqué la musique et la danse de nos territoires, d’approcher les enjeux d’une transmission et sa dimension de trahison et surtout d’imaginer et/ou réinventer ensemble l’utilisation que chacun peut faire de cette Matière et de cette Manière d’être au monde dans une pratique contemporaine.

Cet atelier sera l’occasion de donner la parole, de rencontrer, de questionner, d’échanger, d’approfondir… notre compréhension de ces matériaux, de ces savoirs, de ces pratiques… avec des regards croisés, sensibles, aiguisés… autour de collecteurs, de musiciens qui ont rencontré Perrier, Milounet, Deboudart, Ruols, Roffet, Ladonne… , de danseurs ayant pratiqué avec Roussange, Jouhet, Ladevie, Juillard, Giraud, Prugnard, Goigoux…, de transmetteurs en musique ou en danse, de concepteurs d’albums ou de spectacles… tout ceci n’étant pas exhaustif bien évidemment mais là pour évoquer des pistes.

L’idée est de nous retrouver autour d’une personne qui, pour l’occasion, acceptera de venir nous parler de sa rencontre avec tel ou tel musicien ou danseur, de ce qu’il souhaite transmettre et ce en quoi cela lui parait important, de partager avec nous l’histoire qu’il a vécue, les émotions qu’il a connues, ce qu’il a compris du style, ce qu’il a analysé des choix esthétiques et des influences, nous faire entendre ou voir (sur bande ou en jouant ou en dansant) des ornementations ou éléments de style particuliers.

Mais, il ne s’agit pas d’un atelier d’ethnomusicologie ou d’intello. Il s’agit aussi de jouer, chanter  et danser ensemble, d’apprendre et de pratiquer du répertoire, d’imaginer comment adapter un élément de style – pensé pour un instrument – sur un autre, essayer des arrangements, des polyphonies, de s’autoriser à modifier, réinventer, déstructurer.

Pour mémoire, chaque atelier de cornemuse a été enregistré et filmé par Jacques Virmont depuis son origine. Jacques a ainsi constitué une mémoire de ces ateliers, à la disposition de tous. Imaginons la richesse que pourrait constituer la documentation de ces séances de travail pour les prochaines générations. 

L’atelier étant gratuit pour les participants, il leur est juste demandé d’amener un petit quelque chose à grignoter ou à boire, un bout de pain, de fromage ou de saucisson, d’un gâteau maison ou d’une bouteille. L’idée n’est pas de se mettre dans les frais mais d’amener quelque chose à partager avec notre invité/intervenant !

Pour la saison 2019-2020, nous proposons d’expérimenter cette proposition en douceur avec 4 rendez-vous :

  • 23 novembre : bal des frimas – 9h30 à 12h30             

Eric Champion propose une communication sur « la bourrée doit-elle être inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité ? »

Environ 40 minutes de communication puis échange, discussion, précision, levé des ambiguïtés jusqu’au casse croûte. Ensuite, fin de matinée avec mise en pratique de 2 entrées en danse différentes. Une première avec des cadres musique/danse dyssymétriques et tenus pour mesurer l’effet créativité/inventivité de ce conflit des cadres. Une seconde avec un cadre musique stable et un cadre dansé à négocier entre partenaires de danse.

  • 18 janvier : bal du cochon – 9h30 à 12h30           

Eric Cousteix propose une intervention sur ses rencontres avec Joseph Perrier. Il proposera également de prendre un thème musical et d’écouter et jouer plusieurs versions différentes de divers violoneux. Par exemple, la bourrée “Passe aqui” existe au moins en quatre versions.

  • 21 mars : bal du printemps – 9h30 à 12h30         

Fabrice Lenormand parlera de sa rencontre avec Louis Jarraud. Il pourra certainement aussi nous présenter son livre Paris Cabrette et nous raconter les histoires des cabretaires Ranvier et Amadieu.

  • 16 mai : bal de mai – 9h30 à 12h30   

Programme à venir

Texte collectif pour un projet associatif et collaboratif

Les commentaires sont fermés