Histoire

dessingam

 

Lorsque la section de l’amicale laïque de Saint-Bonnet (groupe folklorique déjà appelé “Les Brayauds”) décide de devenir l’association “Les Brayauds”, à la fin des années 1970, se pose la question d’un lieu, plus vaste que les locaux mis à disposition par la municipalité et permettant l’émancipation artistique du groupe. Cette problématique n’est pas innocente, mais guidée par l’expérience de deux associations “sœurs” elles-aussi engagées dans un double mouvement d’éducation populaire et de conservation, sauvegarde et diffusion du patrimoine matériel et immatériel de leur région respective : Les Thiaulins de Lignières (Berry) et la Chavannée (Bourbonnais).

Le Château du Plaix, demeure des Thiaulins de Lignières depuis 1961

Le Château du Plaix, demeure des Thiaulins de Lignières depuis 1961

La ferme d'Embraud, acquise par la Chavannée en 1978

La ferme d’Embraud, acquise par la Chavannée en 1978


Plusieurs possibilités d’achat sont offertes sur le village de Saint-Bonnet-près Riom. C’est une ancienne grange flanquée d’anciens bâtiments viticoles qui attire l’attention des membres de l’association, qui parviennent à l’acquérir en 1980.

Les maisons vigneronnes en 1980

Les maisons vigneronnes en 1980

On ne peut pas dire que le Gamounet, qui, à l’époque, ne s’étend pas autant qu’aujourd’hui, soit en bon état. De nombreux travaux sont nécessaires, et sont réalisés pour l’essentiel par les bénévoles brayauds. Arbre au milieu de la grange, toiture absente et sol en terre battue sont les principaux chantiers à l’arrivée.

Façade de la grange en 1980

L’entrée de la grange en 1980

La grange en 2015

La grange en 2015

Très vite un plan de réaménagement du Gamounet est envisagé, en plusieurs phases. Sur le plan architectural, il s’agit de conserver le patrimoine viticole bâti vernaculaire en reconstituant un morceau de quartier d’un village du Pays Brayaud, et de restaurer des maisons de vignerons et leurs granges, deux pigeonniers et un ancien relais de diligence des XVIIè / XVIIIè et XIXè siècle formant un ensemble remarquable.

La cuisine "Quat'sous", pièce historique du Gamounet

La cuisine “Quat’sous”, pièce historique du Gamounet

L'entrée vers le gîte "Le vieux gamounet"

L’entrée vers le gîte “Le vieux Gamounet”, depuis la rue principale.

L’idée est d’aménager les intérieurs des maisons de vigneron (mobilier, objets usuels…), puis de créer un atelier de découverte et de production ainsi que des salles de travail. Enfin, travail de tous les jours, mettre en conformité la salle de spectacle pour répondre aux normes de sécurité mais aussi aux exigences d’un lieu de diffusion, le tout sans dénaturer le site.

Sur le plan de la pratique artistique, le projet était et est toujours de :

  • Conserver la mémoire des gestes, us et coutumes par la constitution d’une médiathèque, notamment sur les domaines de la musique et de la danse ;
  • Sensibiliser le jeune public à ces sujets en lui permettant, à partir d’éléments traditionnels, de toucher, utiliser, fabriquer, expérimenter et d’être en quelque sorte acteur d’une mémoire sans cesse à réinventer ;
  • Former des pratiquants à toutes ces formes d’arts en transmettant les savoirs et savoirs faire;
  • Favoriser la création, l’expression, l’exploration de sa propre culture et la tolérance en appréhendant celles de ses voisins c’est à dire des populations immigrées et des autres peuples de l’Europe.
Une maison vigneronne au Gamounet

Une maison vigneronne au Gamounet

Le Gamounet – Maison des cultures de pays, conçu comme un centre, devra accueillir régulièrement du jeune public sur des projets pédagogiques précis mais aussi sur des opérations plus longues de type classe culturelle, patrimoine, artistique ou musicale, des adultes amateurs, futurs professionnels ou artistes en résidence, il favorisera leur rencontre et le brassage des expériences. Il offrira également un espace de création et d’expression indispensable à tout acte artistique réel. L’ensemble sera intégré dans un lieu de caractère à l’intérêt patrimonial et architectural très marqué. Les objectifs sont ambitieux.

Cet espace restituant un quartier typique de maisons de vigneron en Pays Brayaud, ne saura manquer de créer des synergies très fortes entre les diverses activités : c’est l’idée de départ, qui n’est jamais perdue de vue pendant les travaux et réflexions sur l’aménagement et l’utilisation des salles.

La première phase des travaux, entièrement supportée par notre association, a constitué à exécuter des travaux exigés par la commission de sécurité pour la salle de spectacle. La deuxième phase a permis de créer un centre d’hébergement complet de cent couverts et trente cinq lits, d’une zone administrative et de mettre en conformité les différents réseaux (EDF, GDF…).

La troisième phase, achevée en 2009 en pratique et en 2015 officiellement, avait pour objectifs de rénover et de mettre en conformité totale la salle de spectacle (issues de secours, installations techniques, sanitaires…), de créer un atelier de découverte et de production (création d’objets sonores, expérimentation musicale, apprentissages de savoirs faire…) intitulé “L’appentis”, de permettre une circulation sécurisée entre tous les locaux en évitant le passage sur la rue et de traiter les façades les plus fragiles en leur restituant leur aspect d’origine.

L'appentis ou "atelier de découverte", achevé avec la troisième phase des travaux en 2008.

L’appentis ou “atelier de découverte”, achevé avec la troisième phase des travaux en 2008.

Vue extérieure de l'appentis

Vue extérieure de l’appentis

D’autres projets, outre l’entretien permanent des bâtiments existants, sont à l’étude depuis des années. Inachevés ou abandonnés par manque de financements, en voici un échantillon livré sans ordonnancement particulier :

  • Finir d’aménager un studio d’enregistrement situé à côté du vieux Gamounet : isolation sonore et thermique, sol, murs, matériel ;
  • Aménager plusieurs caves du Gamounet (qui en dénombre 8 au total) à des fins d’expositions temporaires ou permanentes ;
  • Achever l’investissement mobilier des chambres du gîte avec des objets et ambiances relatifs aux territoires désignés ;
  • Réaménager la cour pour laisser la place à une place de stationnement pour personnes handicapées et rendre l’ensemble des bâtiments accessibles aux personnes à mobilité réduite ;
  • Daller l’entrée de l’auberge en pierres de Volvic ;
  • Achever les enduits intérieurs de la grange et extérieurs de l’appentis ;
  • À terme, faire aboutir le projet d’aménagement de l’étage de la grange (250 m²).
L'auberge.

L’auberge

L'auberge, vue de la mezzanine

L’équipe pédagogique au travail dans l’auberge

L'intérieur du pigeonnier

L’intérieur du pigeonnier

Vue sur la mezzanine de l'auberge

Vue sur la mezzanine de l’auberge

Les commentaires sont fermés