Le cochon est mort, vive le cochon !

Samedi chez les Brayauds-CDMDT63, on fête le cochon. Quelques Brayauds se sont donc retrouvés aux aurores ce mardi afin de préparer la vedette de la soirée du désormais immanquable Bal du cochon.

Tuerie du cochon

Les brayauds découpent le cochon avec l’aide du boucher

Première étape : décharger les deux cochons, vidés et coupés en deux, du camion de Mr Laurençon qui fournit les animaux depuis de nombreuses années. Des cochons pas « jetlag » : nés et élevés à Davayat, leur plus long voyage sera aussi le dernier. La destination ? Vichy, aux abattoirs, la loi interdisant dorénavant les tueries dans les cours de fermes, pour des raisons de d’hygiène et de traçabilité de la viande.
C’est ensuite au Gamounet que sont découpés et préparés les deux cochons, sous la supervision de Jean-Louis Chaucheprat, boucher à Mozac.
Saucissons, boudin, pâtés, côtes, jambons, travers et pieds ont ensuite été préparés au cours de la journée.

Les brayauds tuent le cochon tous les ans depuis plus de 20 ans. Les jambons sont conservés dans le cuvage du Gamounet pour être dégustés le long de l’année. Les saucissons sont mis au salage, pour être mangés plus tard. Le boudin, en revanche, est mangé dès le samedi suivant, au repas du bal du cochon.

 

Depuis presque 30 ans, le bal du cochon est le rendez-vous incontournable au Gamounet, avec le festival “Les Volcaniques”. Après un repas qui réunit dans l’auberge du Gamounet plus de 200 personnes, une soirée où sont présentes toutes les formations du Gamounet a lieu jusque tard dans la nuit. Deux salles de bal sont ouvertes : la grange bien connue du public, mais aussi l’auberge vidée de ses tables…deux salles, deux ambiances !

Samedi soir, RDV dès 21h30 au Gamounet !

Dans l'cochon tout est bon !

A propos Raphnin Maurel

Président
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés