Assemblée générale des Brayauds-CDMDT63

Ce vendredi 17 mars a eu lieu l’Assemblée générale ordinaire de l’association, au Gamounet.
Ce rendez-vous indispensable est un moment privilégié de la vie associative brayaude, permettant de faire le point sur la situation financière et morale de la structure, tout en présentant les projets en cours.

 

Après avoir remercié les élus et personnalités présent(e)s au Gamounet pour l’occasion, et notamment Mme Christine Pires Beaune, députée de la 2ème circonscription du Puy-de-Dôme, M. Jean-Philippe Perret, Conseiller départemental et maire de St-Bonnet près Riom, M. Jean-Pierre Boisset, Vice-président de Riom Communauté chargé de la culture et M. Christophe Arbre, Directeur de l’école de musique de Riom, le Président Raphaël Maurel a excusé plusieurs personnalités n’ayant pu venir, puis présenté le bilan de l’association pour l’année 2016. “Il est toujours difficile de faire le tour de toutes nos activités”, explique le Président. “Même avec une Assemblée générale de 2h, on ne peut pas tout dire et entrer dans les détails : il faut faire des choix, insister sur ce qui a été particulièrement important cette année”, a-t-il précisé devant la soixantaine d’adhérents présents.

Malgré une situation financière saine, essentiellement du fait de l’absence de dettes, le compte de résultat est marqué par un déficit d’environ 18000€. Celui-ci s’explique par la diminution de certaines subventions publiques, notamment de la Région, l’augmentation conséquente des charges salariales et de personnel, une diminution des recettes provenant des stages organisés par l’association, ainsi qu’un contrôle URSSAF survenu dans l’année ayant décelé un indice de calcul erroné des salaires. L’association puise donc dans sa trésorerie pour compenser ce déficit, qui n’est pas inédit dans l’histoire récente des Brayauds-CDMDT63 mais intervient à une période délicate du fait de l’incertitude planant sur l’avenir de certains subventionnements et partenariats publics. Le Président a tout de même salué la perspective d’une nouvelle discussion avec l’intercommunalité à propos de l’avenir de l’école de musique, qui se tiendra en avril, ainsi qu’un soutien visant à interpeller la Région à propos des manifestations brayaudes d’ampleur.

Le bilan financier a néanmoins permis de pointer la maîtrise des dépenses de fonctionnement des Brayauds-CDMDT63. Plusieurs postes de dépenses surveillés depuis quelques années (électricité, eau, honoraires,…) affichent une stagnation voire une diminution, du fait des efforts des Brayauds au quotidien et des initiatives du Conseil d’administration. D’autres secteurs montrent une augmentation significative par rapport à 2015 (entrées aux bals et prestations extérieures, notamment), toutefois insuffisante pour compenser les charges exceptionnelles sur l’exercice.

Le budget prévisionnel pour 2017 est pour sa part très différent du budget 2016. Tout d’abord, l’association produit deux CDs en 2017 : La vielha (sortie en mai 2017) et Bardane (“La grande loterie”, sortie en juin 2017). Par ailleurs, le budget prévisionnel du festival Comboros avoisine les 60000€, qui doivent être intégrés dans les calculs de l’association.

 

Le bilan moral a ensuite permis de détailler les activités de l’association réparties selon 5 axes : l’accueil, la formation, la diffusion, la création et la vie associative. Avec plus de 200 adhérents, 60 mécènes individuels, 70 bénévoles (très) actifs, 85 élèves inscrits à l’école de musique et 9 salariés sur l’année 2016, les Brayauds-CDMDT63 ont de nombreuses activités (festival les Volcaniques, école de musique, bals au Gamounet, …) et mènent de très nombreux projets.

Parmi eux, l’AG a relevé la mise en place du diplôme du BEM (Brevet d’études musicales) en musique traditionnelle, à l’initiative du Conseil départemental du Puy-de-Dôme et son soutien. Si le dispositif a été ouvert pour la première fois en 2015, l’année 2016 a permis d’affermir son contenu et de renforcer la mise en réseau des enseignants en musique traditionnelle sur le département. Autre projet important : la création d’un orchestre au sein de l’école primaire de Marsat autour des musiques et instruments traditionnels et fondé sur une pédagogie de l’oralité, grâce au soutien financier de la Fondation Carasso et de la commune de Marsat. Ce projet implique la fabrication de nombreux instruments pour enfants, en lien avec les luthiers présents sur le territoire auvergnat, et des heures de travail avec les enfants de l’école. Un troisième projet, en partenariat avec l’AMTA, Bal o Centre, la Cie Maurel & Frères et la ville de Clermont a retenu l’attention de l’auditoire : le festival “Traces de danse”, tenu pour la première fois en 2016 et dont la deuxième édition a eu lieu début mars 2017.

Le Président a également présenté le festival “Comboros”, qui aura lieu le premier week-end d’août à St Gervais d’Auvergne. Tout en reprenant la plus grosse manifestation autour des musiques traditionnelles du département, dont la suppression avait été annoncée à la rentrée 2016, les Brayauds-CDMDT63 ont souhaité recentrer le festival sur le territoire. Ce “recalibrage” se traduit de manière matérielle et artistique. D’abord, le festival se veut plus ouvert sur le village, avec un marché de luthiers & artisans d’art locaux et plusieurs animations accessibles librement, l’organisation d’une déambulation musicale dans le bourg, la tenue de stages, conférences ou animations dans plusieurs lieux de la commune, ou encore l’investissement plus important des commerçants, associations et habitants dans l’organisation et la tenue du festival. Ensuite, artistiquement, une place plus importante est consacrée à la mise en valeur des pratiques musicales issues du territoire. Ainsi, environ 1/3 de la programmation met à l’honneur les musiques d’Auvergne ou des artistes locaux, tandis que des projets de travail avec les écoles du territoire intercommunal se profilent pour les éditions futures. Malgré un budget très important, les Brayauds visent l’équilibre du festival dès la première année, grâce à une première édition de soutien – tous les artistes programmés, au nombre de 75, ont ainsi accepté un salaire minimum pour soutenir la reprise du festival.

Du côté création artistique, l’association enregistre pas moins de 21 groupes “brayauds” différents, dont deux publieront un album en 2017. Le premier spectacle tous publics entièrement porté par les Brayauds, “Madame Machin”, est en chantier autour de Lucie Dessiaumes, Louis Jacques et Marou Thin.

Avant un apéritif et un repas bien mérités, l’Assemblée générale a renouvelé son soutien au Bureau par un vote unanime, et réélu à l’unanimité également les membres sortants du Conseil d’administration.

 

 

A propos Raphnin Maurel

Président

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés